Isabelle JEAN 

Psychologue Psychothérapeute Psychanalyste - Paris 3

Sous-titre

Le traumatisme

Tout peut faire psycho-traumatisme.

Avec le traumatisme, le psychisme se trouve débordé  par quelque chose qui fait  effraction 

et qu'il lui faut élaborer pour parvenir à trouver ou retrouver un équilibre


La psychanalyse prend en grande considération le "traumatisme psychique".

Il peut susciter de la part du sujet des conduites d’évitement afin de ne pas être confronté à ce qui, inconsciemment, se présente comme un conflit (psychique) entraînant une névrose.

La rencontre du fantasme inconscient et d'une réalité représente le trauma par excellence. 

 

Le traumatisme psychique est particulièrement repérable lorsque un événement imprévu soulève chez le sujet un orage émotionnel qu’il ne peut ni maîtriser, ni contenir et qui peut être vécu comme un véritable cataclysme.

Pourquoi cet emballement émotionnel ? C’est ce que la psychothérapie analytique peut permettre de retrouver.

 

● Il ne faut pas confondre le « traumatisme psychique » qui relève d'une pensée fantasmatique avec des faits traumatiques qui ont été vécus dans la réalité la plus tangible et qui entraînent dans certaines circonstances de la vie des crises d’angoisse et un état de stress.

 

Le déferlement émotionnel est alors si destructeur que le sujet peut se dissocier du souvenir de l’événement (se rendre « absent » à la situation). A l’inverse, le sujet peut être envahi par les images traumatiques, repassant en boucle ces moments dramatiques sans pouvoir s’en dégager.

 

Les traumatismes psychiques et les vécus traumatiques amoindrissent la vie et peuvent avoir des retentissements somatiques majeurs.